Question écrite : Inclusion des enfants en situation de Handicap.

Logo de la Maison Départementale des Personnes Handicapées, la MDPH.

Durant l’été, j’ai été contactée par de nombreuses familles dont les enfants, atteints de handicap, n’avaient pas de solution d’accompagnement pour la rentrée. Profondément touchée par cette situation, j’ai décidé de lancer l’opération #AucunEnfantSansSolution en rencontrant les acteurs du champ du handicap afin de formuler des propositions concrètes sur le territoires et au Gouvernement.

De toutes ces rencontres, j’ai fait plusieurs Propositions à Madame Sophie Cluzel, Secrétaire d’État, auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées. J’ai donc adressé une Question Ecrite au Gouvernement afin d’avoir des réponses claires. Elle a été publiée aujourd’hui sur le site de l’Assemblée Nationale.

Question de Madame Anne-France Brunet

Mme Anne-France Brunet attire l’attention de Mme la secrétaire d’État, auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, sur l’inclusion des enfants en situation de handicap.

Mme la députée se réjouit de la volonté du Gouvernement d’améliorer l’inclusion dans l’école des enfants atteints de handicap. En effet, les dispositifs actuels ne permettent pas de répondre à l’ensemble des demandes et pour le seul département de Loire-Atlantique ce sont 695 enfants qui étaient sans solution au 1er juillet 2017.

La députée a ainsi recueilli plusieurs propositions des acteurs de terrain : établir des temps partagés école-établissement pour les enfants qui le peuvent (via une double notification des MDPH) ; développer les classes spécifiques gérées par les établissements médico-sociaux au sein des établissements scolaires ; agir sur la pyramide des âges afin que des places d’enfants soient libérées par les adultes qui bénéficient actuellement de l’amendement Creton ; en améliorant l’accompagnement des personnes âgées handicapées.

Elle souhaiterait ainsi connaître la position du Gouvernement sur ces propositions et les mesures envisagées pour garantir un accompagnement adapté de tous les enfants à l’école et au sein des établissements spécialisés afin qu’aucun enfant ne se retrouve sans solution à la rentrée prochaine. Enfin, elle souhaiterait savoir si une expérimentation des nouveaux dispositifs serait envisageable en Loire-Atlantique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *