Question d’Actualité au Gouvernement : Avenir des centrales à Charbon

Centrale EDF de Cordemais
Centrale EDF de Cordemais

Lors de la campagne des législatives, Anne-France Brunet avait rencontré les employés de la centrale EDF de Cordemais. Ils lui ont présenté l’état d’avancement de leur travail concernant la transition énergétique du site en exprimant leurs attentes.

Une fois élue, elle a pris rendez-vous avec Monsieur le Maire de Cordemais et la direction de la centrale afin de se rendre directement à afin de mieux appréhender au mieux les problématiques de la Centrale et les différentes innovations du processus de co-combustion biomasse/charbon. Suite à cette visite, Anne-France Brunet a rencontré le cabinet du Ministre de la Transition écologique et solidaire au lendemain de son annonce du « Plan Climat.

Les objectifs de cet échange étaient de se faire le relai des revendications du terrain portées unanimement par la direction et les employés de la centrale de Cordemais, de connaitre la feuille de route du « Plan Climat » notamment sur l’accompagnement des centrales à charbon, mais surtout de souligner les efforts et les innovations entreprises ses dernières années dans le but de produire une électricité moins polluante.

Dans cette démarche, elle a profité des séances de Questions d’Actualité du Gouvernement de Mercredi dernier afin d’interroger le Ministre sur les dispositions qu’il entendait prendre afin accompagner la mutation industrielle de ces centrales. 

Nous serons aux côtés des différents acteurs de ce dossier, non pas dans une stature d’attentisme mais bel et bien comme force de proposition et d’accompagnement. Les enjeux territoriaux et écologiques sont très importants, et Cordemais a toujours été une de nos priorités. C’est en ce sens qu’Anne-France Brunet continuera à travailler avec les employés et la direction aux évolutions futures de la centrale, et spécifiquement autours des démarches innovantes qui pourraient permettre de répondre aux problématiques de rendement énergétique, de transition écologique et de pérennité du site.

Le Bureau Européen de l’Energie à Bruxelles a d’ores et déjà été contacté afin d’avoir un regard plus global sur la problématique des centrales à charbon à l’échelle européenne. Nous devrions les rencontrer prochainement. A l’heure actuelle, RTE, la filiale d’EDF qui exploite la centrale de Cordemais, ne remet pas en cause son exploitation pour des raisons d’équilibre du réseau. Les semaines et mois à venir nous permettrons de travailler avec tous les acteurs pour accompagner la transition de cette centrale.

Voici la Question d’Actualités au Gouvernement, telle qu’elle a été posée à l’Assemblée

 

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs les Ministres,
Chers-es Collègues,
Ma question s’adresse à Monsieur le Ministre de la Transition écologique et solidaire.

Monsieur le Ministre, comme vous l’avez souligné le 6 juillet dernier à l’occasion de la présentation du Plan Climat, la France est, depuis la COP21, la gardienne d’une responsabilité universelle : celle de la lutte contre le changement climatique. Alors que le dérèglement du climat conduit à des catastrophes ici et là dans le monde, nous nous devons encore d’accélérer afin de permettre la réussite de la transition énergétique et climatique.
Parmi les propositions qui conduiront à cette réussite, celles d’en finir avec les énergies fossiles et de s’engager dans la neutralité carbone est primordiale. Vous avez ainsi annoncé la fin du charbon comme source de production d’électricité d’ici à 2022.
Aujourd’hui, la France dispose encore de cinq unités charbon. Parmi celles-là, deux tranches sont à Cordemais commune de la 3e circonscription de la Loire Atlantique ou je suis élue.

Conscients de l’enjeu climatique que représente la fin du charbon, la direction mais aussi les syndicats de la centrale de Cordemais ont entrepris depuis 2015 une expérimentation visant à l’utilisation de la biomasse issue des déchets verts et qui réduit par conséquent les émissions de gaz à effet de serre. Cette volonté de transition écologique a d’ailleurs le soutien sans faille des élus locaux de la région afin que le site de Cordemais qui emploie directement 465 personnes tienne ses objectifs.

Hier, la France était une terre d’industrie polluante, demain elle doit être le fleuron de l’industrie verte ! Car il ne s’agit pas ici d’opposer économie et écologie, mais bien au contraire, l’écologie doit être au service de l’économie et de l’emploi.

Dans cette logique de transition et d’accompagnement, ma question est donc la suivante :
Quelles dispositions le gouvernement entend-il prendre afin d’accompagner les centrales à unité charbon qui ont d’ores et déjà entrepris un changement de cap à double objectif, celui de la transition énergétique et celui de la sauvegarde de l’emploi ?

Je vous remercie,

Découvrez la communication de la Députée pendant cette séance de Questions d’Actualités au Gouvernement : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *