Ces parlementaires veulent une consultation populaire sur le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne

Drapeau breton © Maxppp

Dix-neuf parlementaires demandent l’organisation d’une consultation populaire en Loire-Atlantique pour interroger les habitants sur le rattachement de leur département à la région Bretagne. Pour la députée LREM Anne-France Brunet, cela irait aussi dans le sens de ce que demandent les gilets jaunes.

Dix-neuf parlementaires de Loire-Atlantique, Morbihan, Ille-et-Vilaine, Côtes-d’Armor et Finistère demandent dans un communiqué commun l’organisation d’une consultation populaire au sujet du rattachement de la Loire-Atlantique à la région Bretagne. Les 62 élus du conseil départemental de Loire-Atlantique, réunis en session, seront appelés à voter lundi 17 décembre pour ou contre ce rattachement, après qu’une pétition, initiée par Bretagne réunie a franchi, le mois dernier, le cap des 100.000 signatures. Dans le cadre de la réforme territoriale de 2015 (loi Notre), le droit d’option a été institué, mais de façon temporaire, jusqu’au 1er mars 2019.

Mais ces députés et sénateurs, parmi lesquels les députés La République En Marche de Loire-Atlantique Yves Daniel, Sandrine Josso, Aude Amadou et Anne-France Brunet, veulent aller plus loin qu’un simple vote des conseillers départementaux :

Organiser une consultation populaire permettrait à chaque électeur de s’exprimer en donnant son avis sur la mise en oeuvre ou non par le Conseil départemental de son droit d’option. Ce n’est qu’ensuite que le Conseil départemental pourra décider de manière éclairée que soit mis au débat des trois assemblées locales (les deux régions et le département), le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne.

En clair, ils veulent d’abord cette consultation populaire (un vote à l’échelle de la Loire-Atlantique) et ensuite, en fonction du résultat, un vote des collectivités concernées.

Les trois quarts des citoyens que je rencontre sont favorables » au rattachement (Anne-France Brunet)

Ces parlementaires estiment que c’est une question de démocratie. Anne-France Brunet affirme que « pour continuer ce qu’on est en train de vivre actuellement et les échanges que j’ai avec les gilets jaunes, il s’agit de prendre en compte les attentes et associer les citoyens aux décisions. » La députée LREM affirme que « les trois quarts des citoyens » qu’elle rencontre « y sont favorables : le rattachement est très largement souhaité. »

Anne-France Brunet, députée LREM de la troisième circonscription de Loire-Atlantique © Maxppp

« Dans le contexte actuel, où une partie du peuple a l’impression que les élus leur confisquent la parole, circonscrire cette consultation serait perçu comme un renoncement de la parole citoyenne. C’est pourquoi, nous, parlementaires des cinq départements bretons, relayons amicalement vers nos collègues du Conseil départemental de Loire-Atlantique, cette volonté populaire qui s’est exprimée jusqu’à nous »

écrivent les parlementaires dans leur communiqué, parmi lesquels Marc Le Fur, député LR des Côtes-d’Armor, ou encore Erwan Balanant, député Modem du Finistère.

Ce jeudi 13 décembre, à Rennes, le Conseil régional de Bretagne a adopté à l’unanimité, une délibération visant à cette réunification. La collectivité se déclare ainsi prête à organiser un « référendum » sur son territoire, si la Loire-Atlantique dit oui.

Antoine Denéchère.

Découvrez l’article original sur site de France Bleu Loire Océan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *