Législatives troisième circonscription : Brunet (LREM) en tête, Daniel (PS) éliminée

Législatives troisième circonscription : Autour des deux candidats (au premier plan) satisfaction dimanche soir au siège de campagne de La République en Marche. | Jean-François Marival
Autour des deux candidats (au premier plan) satisfaction dimanche soir au siège de campagne de La République en Marche. | Jean-François Marival

3e circonscription. La candidate d’En Marche Anne-France Brunet termine en tête, devant Martine Gourdon (France Insoumise). La députée PS sortante Karine Daniel, troisième, est éliminée.

0h05.

Les résultats définitifs de la 3e circonscription sont tombés. Ils confirment l’élimination de Karine Daniel, la députée sortante. Le PS perd donc ce territoire fief de Jean-Marc Ayrault. Anne-France Brunet (LREM) 38,65%, Martine Gourdon (France Insoumise) 16,73%, Karine Daniel (PS) 13,75%.

23h.

La réaction de Karine Daniel (PS), la députée sortante : « Je regrette le fort niveau d’abstention, j’appelle chacun à se mobiliser dimanche prochain. Après 39 années de confiance au Parti Socialiste, l’électorat de gauche s’est dispersé. Nous subissons la vague de la majorité présidentielle. Elle traduit notre échec à nous réinventer et à porter un projet d’avenir ambitieux. Ensemble nous devons rester vigilants face à l’écrasante majorité accordée au Président de la République. Dès aujourd’hui nous devons engager le travail de reconstruction de la gauche, j’y participerai activement. »

21h18.

75 % des bulletins dépouillés. Anne-France Brunet (En Marche) obtient 38,42 % des voix, Martine Gourdon (FI) 17,44 %, Karine Daniel (PS) 12,89 %. Dans ce fief de Jean-Marc Ayrault, le PS pourrait ne pas être présent au second tour.

Le contexte :

En partant dispersée sur une circonscription qui lui était très largement acquise depuis 1986, la gauche prenait le risque de perdre un de ses bastions. En 2016, rappelé au gouvernement, Jean-Marc Ayrault avait abandonné le siège qu’il aura occupé trois décennies durant. C’est une autre socialiste, Karine Daniel, qui avait été élue à sa suite en remportant l’élection partielle en avril. Un an plus tard, dans un contexte politique chamboulé, la reconduction quasi automatique sur un secteur volontiers qualifié de terre de gauche, n’était plus assurée. La grande énigme de ce scrutin reposait sur une inconnue majeure : la capacité de la République en Marche à drainer un électorat sur une candidature portée par une toute nouvelle figure en politique assistée d’un suppléant qui, un an plus tôt, avait été finaliste malheureux sous les couleurs de la droite (LR-UDI).

Et la vague du renouvellement, renforcée par un fort taux d’abstention, a tout balayé. La députée sortante est éliminée du second tour pour lequel se qualifie Martine Gourdon, candidate de La France Insoumise.