Législatives en Loire-Atlantique. Voici les dix visages des députés

Législatives en Loire-atlantique : voici les dix visages des députés. Par ordre de circonscription : 1. François de Rugy, 2. Valérie Oppelt, 3. Anne-France Brunet, 4. Aude Amadou, 5. Sarah El Haïry, 6. Yves Daniel, 7. Sandrine Josso, 8. Audrey Dufeu-Schubert, 9. Yannick Haury, 10. Sophie Errante | DR.
Législatives en Loire-atlantique : voici les dix visages des députés. Par ordre de circonscription : 1. François de Rugy, 2. Valérie Oppelt, 3. Anne-France Brunet, 4. Aude Amadou, 5. Sarah El Haïry, 6. Yves Daniel, 7. Sandrine Josso, 8. Audrey Dufeu-Schubert, 9. Yannick Haury, 10. Sophie Errante | DR.

Dix sur dix pour La République en marche en Loire-Atlantique. Qui aurait cru, il y a encore six mois, que le département se retrouverait sans député socialiste ni de droite ? C’est pourtant le cas. La République en marche réalise le grand chelem en s’imposant dans les dix circonscriptions. Voici leurs visages.

Nantes-Orvault (1ère circonscription) : François de Rugy, vise le perchoir

Il n’est pourtant pas vieux, François de Rugy. Mais, à 43 ans, c’est le politicien le plus affûté des 10 députés LREM de Loire-Atlantique. Et le mieux élu. Il fut adjoint au maire de Nantes à moins de 30 ans, il a décroché son 1er mandat de député écolo de Nantes-Orvault à 33 ans. Durant le 2e, il a rompu avec les Verts, s’est rapproché de Hollande et a été vice-président de l’Assemblée nationale. Il va donc entamer le 3e, sous l’étiquette En Marche, ralliée en février après sa défaite à la primaire de la gauche. Les attaques de ses adversaires sur ses changements de cap ? « Les électeurs ont tranché. » Il était à l’aile droite des Verts, le voici au centre-gauche-écolo de la Macronnie.

L’Élysée va devoir compter sur ce député expérimenté, qui vise la présidence de l’Assemblée nationale. Le Nantais veut la réformer vers plus de démocratie et de moralité. Exemple : pas plus de trois mandats de député. Celui-ci sera donc le dernier.

Nantes (2ème circonscription ) : Valérie Oppelt, la députée-mère

Valérie Oppelt est la nouvelle députée du centre-ville de Nantes. Cette Nantaise de 43 ans est maman de trois garçons. 16, 12 et 8 ans. « Je m’absente dix minutes, je vais leur faire un bisou et je reviens… » Valérie Oppelt ne les voulait pas à ses côtés dans ce bar nantais où elle a fêté son élection, hier soir. « Je sépare ma vie privée de ma vie publique. La politique est un monde violent, je les préserve », explique-t-elle. Cette fan de Macron n’était franchement pas passionnée de politique jusqu’alors ! Valérie Oppelt a suivi Macron en septembre, a déposé un dossier d’investiture en février, et la voilà élue ! Issue de la société civile, elle a un profil très « entreprise », se dit « progressiste », milite pour la promotion des talents au féminin et du made in France. Plutôt souriante, elle se met peu en avant, se confie modérément. Pas d’euphorie dans la victoire. Un simple, « je suis ravie ».

Nantes Saint-Herblain (3ème circonscription) : Anne-France Brunet, la discrète

Une nouvelle ère commence dans ce bastion socialiste, souvent détenu par des politiques aguerris et ancrés dans le territoire, comme Ayrault. Personne ne connaît vraiment cette discrète femme, chef de projet informatique indépendante, Nantaise depuis 2015 seulement et jamais engagée en politique avant En marche. Mais Anne-France Brunet (55 ans) a relevé et honoré le défi. « Elle apprend vite », nous confiait un des marcheurs l’accompagnant dans sa campagne. Mais il faudra que la néophyte apprenne encore. À prendre plus d’assurance et à être moins fuyante.

Cette marcheuse de la première heure est allée chercher un ancien LR, Mathieu Annereau, comme suppléant. « Justement, je ne veux pas rester focalisée sur les anciens formatages. » Et au sujet de la jeunesse, une priorité, elle aime à citer Saint-Exupéry : « Dans la vie, il n’y a pas de solutions, il y a des forces en marche. » En marche jusqu’au bout des ongles !

Nantes sud (4ème circonscription) : Aude Amadou, la sportive

De parents nantais, c’est pourtant à Coutances (Manche) qu’Aude Amadou est née, un 29 février, en 1980. Ce n’est pas un marathon, mais un sprint que cette ex-joueuse professionnelle de handball a couru, entre sa désignation par En marche le 11 mai, et sa victoire haut la main, cinq semaines plus tard. Reconvertie dans l’événementiel sportif après sa carrière, revenue à Nantes en 2012, Aude Amadou a déjoué tous les pronostics en arrivant en tête au premier tour, sur des terres marquées à gauche.

« Je veux contribuer à la vie publique en tant que citoyenne, mais mon ambition n’est pas de faire carrière en politique », nous déclarait-elle, le 11 mai. La voici députée novice, « mais inexpérience ne veut pas dire incompétence », réagissait-elle, hier soir. À l’Assemblée, elle souhaite intégrer la commission des affaires culturelles, et « continuer à s’intéresser aux questions de sport et d’éducation ».

Nantes-La Chapelle-Carquefou (5ème circonscription) : Sarah El Haïry, la plus jeune

A lire aussi : A 28 ans, elle est la plus jeune des 10 députés

Ancenis-Châteaubriant (6ème circonscription) : Yves Daniel, le rural

Le député sortant Yves Daniel (62 ans) s’est imposé dans la 6e circonscription Châteaubriant-Ancenis. Après un premier mandat sous l’étiquette PS, il est cette fois élu sous les couleurs de LREM. Marié et père de trois enfants, Yves Daniel est un homme simple, issu du terroir : il est né à Mouais, y a travaillé et y vit encore. Agriculteur à la retraite, il a toujours défendu la ruralité : adhérent à la confédération paysanne, il a aussi présidé l’Institut rural du Petit-Auverné et a été vice-président de la fédération départementale des Maisons familiales rurales.

C’est aussi dans sa commune qu’il a fait ses premiers pas en politique : en tant que conseiller municipal pendant deux mandats, avant d’être élu maire, fonction qu’il occupe depuis 1995. Il a été conseiller général en 1998, puis de 2004 à 2012, avant d’entrer à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, il entend rester le même « un homme de gauche, simple, qui aime les gens et participer à construire ».

La Baule-Guérande (7ème circonscription) : Sandrine Josso, la diététicienne

Sandrine Josso, 41 ans, inconnue voici un mois ! Cette brune très mince a joué au basket et ne se départit jamais de son sourire. La fille d’agriculteurs originaires d’Herbignac, là où elle réside, s’est présentée sur une liste aux municipales de 2014, a adhéré au mouvement centriste de Jean Arthuis en 2015 puis à En Marche ! Diététicienne libérale depuis dix-sept ans, cette mère de trois enfants de 15, 9 et 2 ans donne aussi des cours pour former à son métier. Elle dédicace sa victoire à son mari, Gaëtan, présent hier soir. Mais les enfants sont absents : « lls ont école demain ». Les parents retraités ne sont pas là non plus. « Ils n’osaient pas venir. » Celle qui se pose en femme d’écoute a cependant refusé tout débat. Elle devra apprendre à nourrir ses dossiers et parler des choses qui fâchent. Elle se rendra à l’Assemblée jeudi ou vendredi, « mais pas mercredi : je vais être avec mes enfants et faire un peu de tennis avec eux… ».

Saint-Nazaire (8ème circonscription) : Audrey Dufeu-Shubert, l’infatigable

Elle s’est engagée dès les premières heures du mouvement En Marche. Nazairienne, Audrey Dufeu-Schubert (36 ans) n’avait jamais fait de politique. Née dans une famille de gauche il y a trente-six ans, elle n’est même pas sûre que ses oncles aient voté en sa faveur ! Elle-même avait navigué de Bayrou à Hollande, jusqu’à trouver sa place dans les idées d’Emmanuel Macron. « J’étais en marche sans le savoir », sourit cette mère de deux enfants.

Elle ne nie pas être novice, mais se dit aussi perfectionniste et prête à travailler. « Je suis concentrée sur les dossiers locaux », promet-elle. À l’Assemblée nationale, elle aimerait siéger dans la commission des affaires sociales. Logique : infirmière, elle s’est ensuite formée pour devenir cadre de santé, finissant major de sa promotion. Elle dirigeait le Bodio, un centre de soins de suite et de réadaptation à Pontchâteau, jusqu’à ce que les électeurs choisissent, hier soir, de modifier sa trajectoire.

Pays-de-Retz (9ème circonscription) : Yannick Haury, le pharmacien

Avant de devenir homme politique à temps plein, Yannick Haury possédait la pharmacie de la Plage, à Saint-Brevin-l’Océan. Maire de la ville depuis 2007, il est également président de la communauté de communes Sud Estuaire, conseiller général et président du Scot du Pays de Retz. S’y ajoute, depuis hier soir, donc, le mandat de député, sous l’étiquette La République en marche. Cumul des mandats oblige, Yannick Haury va devoir se séparer, dans les prochains jours, de quelques casquettes. « Soit je reste conseiller municipal et communautaire, soit je reste conseiller départemental, résume-t-il. Je pense qu’un député a intérêt à garder un ancrage sur le terrain. Je me déciderai dans la semaine. » Pour cet homme politique divers droite mais toujours classé « sans étiquette », l’adhésion à un mouvement politique est une première. Yannick Haury, âgé de 62 ans, est marié et père de deux filles âgées d’une trentaine d’années.

Vignoble (10ème circonscription) : Sophie Errante, la spontanée

À 45 ans, Sophie Errante entame un second mandat, mais, cette fois, avec l’étiquette LREM. Chef d’entreprise, elle a été élue plus jeune femme maire de La Chapelle-Heulin en 2008 et a exercé ce mandat jusqu’en 2012.

Cette année-là, investie par le PS pour les législatives, elle a battu Laurent Dejoie (UMP) et a fait basculer ce bastion de la droite, marqué notamment par Serge Poignant, (député de 1993 à 2012).

Sophie Errante a soutenu le mouvement En Marche d’Emmanuel Macron dès janvier. Elle a fait partie des députés dissidents de l’aile droite du PS qui, lors de la primaire de la gauche, ont refusé de soutenir Benoît Hamon.

Lors de cette campagne 2017, son acte de dissidence a entraîné des tergiversations au PS départemental. Les socialistes n’ont finalement pas investi un nouveau candidat face à Sophie Errante. Hier soir, cette élue spontanée et à l’écoute est arrivée en tête dans les trente-trois communes de la 10e circonscription.

Retrouvez cet article en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *