Législatives : Anne-France Brunet

Anne-France Brunet, candidate La République En Marche ! | Ouest-France
Anne-France Brunet, candidate La République En Marche ! | Ouest-France

Avant le deuxième tour des législatives dans la 3e circonscription, les finalistes répondent aux mêmes questions.

Faut-il réformer le système scolaire ?

Il est certain que des réformes sont indispensables : un enseignement assurant les acquisitions de base, dès l’école primaire (lecture, écriture, maths, grammaire, compréhension de la langue, des textes). D’où un meilleur soutien des élèves, notamment des classes moins surchargées dans les zones classées prioritaires avec limite du nombre d’élèves en CP et CE1. Cet engagement d’Emmanuel M16acron me tient très à coeur. Pour avoir rencontré les quartiers en difficulté sociale, je mesure l’importance de ce projet et j’y veillerai personnellement dans la 3e circonscription.

Quelles mesures contre l’insécurité au quotidien ?

Là aussi, retour à des fondamentaux : outre les mesures qui viennent d’être prises par le Gouvernement, je crois beaucoup à l’efficience de la police de proximité ; une police qui dialogue avec la population, les travailleurs sociaux. L’écoute peut être alliée à la rigueur et à l’application du respect de la loi par chacun.

Votre position sur la future loi Travail ?

J’attends de la future loi Travail une réelle simplification des procédures administratives permettant aux entreprises de créer, d’embaucher. J’attends beaucoup aussi d’une réforme en profondeur de la formation professionnelle, qui doit se faire, non seulement, dans le temps scolaire classique, mais aussi, tout au long de la vie, afin que chacun puisse évoluer dans son travail, changer d’activité professionnelle.

Votre position sur l’aéroport ?

Il s’agit d’un dossier devenu trop passionnel au fil du temps. Je ne peux oublier l’avis des électeurs de Loire-Atlantique sur le projet, même si j’entends les doléances de celles et ceux qui sont contre. Je trouve pertinente l’intention du Gouvernement de regarder sans passion les différents éléments de ce lourd dossier et de proposer une médiation, concertation pour trouver une solution de sortie dans les six mois.

Votre position sur la centrale de Cordemais ?

En tant qu’élue, je serai très attentive au projet de reconversion du site de la centrale de Cordemais. Il y a là des atouts incontestables à exploiter : allier une technologie écologique dans le cadre de la transition énergétique, voilà un exemple concret, parlant, porteur d’espoir, générateur d’emplois, et incitatif pour notre région à d’autres initiatives de ce genre. C’est pourquoi j’ai rencontré les représentants de la CGT et que je rencontrerai la direction, après les élections. Nous devons tous travailler ensemble sur l’avenir de la centrale EDF.

Quel thème vous tient le plus à coeur ?

C’est une question difficile, car bien des thèmes me sont vraiment très chers. Celui qui me vient en premier à l’esprit, concerne notre jeunesse : l’éducation, l’école, la formation professionnelle. Les jeunes sont notre avenir. Je pense à Saint-Exupéry qui disait : « Dans la vie, il n’y a pas de solutions, il y a des forces en marche. » Il faut les créer et les solutions suivent. C’est le sens de l’engagement qu’il nous faut montrer et donner à la fois à notre jeunesse.

Jean-François Marival pour Ouest-France.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *