Législatives. Anne-France Brunet, En marche au marché de Bellevue

Sur le marché de Bellevue, mardi matin, Anne-France-Brunet et Matthieu Annereau (La République en marche). | Ouest-France
Sur le marché de Bellevue, mardi matin, Anne-France-Brunet et Matthieu Annereau (La République en marche). | Ouest-France

 

Avec 38,65 %, Anne-France Brunet est arrivée en tête du premier tour des législatives dans la 3e circonscription (Nantes-Saint-Herblain).

La candidate a pris de l’assurance. « Elle apprend vite », lâche avec le sourire un des « marcheurs » qui accompagnent Anne-France Brunet. De bon matin, au marché de Bellevue, ils sont une dizaine à la rencontre d’une population métissée. Riadh plaisante avec une passante dont Patrice n’a pas su capter l’attention ; puis il chambre son compagnon de distribution de tracts estampillés En marche. « Tu n’as pas encore appris l’arabe ? Il va falloir t’y mettre ! »

Depuis peu, le prof d’université Patrice Neau est en retraite. « Sinon, je n’aurai pas pu m’impliquer autant », dit-il.

Quant à Riadh Brahim, pas encore quinqua, superviseur de compagnie aérienne, il a pris une part active dans l’engagement de La République en marche (LREM). Habitant de Bellevue depuis 1972, il sera le « référent pour la partie urbaine de la circonscription » d’Anne-France Brunet, si elle est élue. Sur ce marché où l’on prend le temps de flâner, il est un peu chez lui.

Entre les étals, les militants vont au-devant du chaland. « Vous voulez parler à la candidate ? Elle est là… » Ils sont quelques-uns à répondre à l’invitation. « J’ai voté pour vous », « Continuez comme ça », « C’est bien ce que vous faites »… Mais aussi des refus et, un peu plus rares, des haussements d’épaules assortis d’un « tous pareils ! ».

« Nouveaux, pas ignares »

Mais Anne-France Brunet fait preuve de flegme. « On a entendu tellement de choses », dit-elle, visiblement soulagée de constater que « maintenant, ça va beaucoup mieux, les gens nous encouragent ». Parce que ce marché, elle l’a visité chaque semaine depuis son investiture. C’est là qu’elle a senti se profiler la victoire du premier tour. Un score qui a « confirmé ce qu’on ressentait sur le terrain », dit-elle. Alors qu’un militant situe ce ressenti, « seulement quatre ou cinq jours avant ».

Le suppléant, Matthieu Annereau, explique encore quelques fois son transfuge de LR à LREM : « Il n’est pas compris par les politiques, mais reçu 5 sur 5 par les électeurs. » Visiblement, ça fait du bien.

Le terrain, « c’est notre bain de jouvence », dit encore une jeune militante. Alors que cette « jouvence », justement, leur a souvent été opposée comme un reproche d’inexpérience. « Nous sommes nouveaux, mais pas complètement ignares en politique » dit Donatienne Chouteau, la directrice de campagne. Forts de la confortable avance acquise au premier tour, les marcheurs ont gagné en sérénité.

Jean-François Marival

Source Ouest-France : Législatives. Anne-France Brunet, En marche au marché de Bellevue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *