Euradionantes : Devenir un média européen décentralisé

Devenir un média européen décentralisé, voilà le formidable projet de la radio associative Euradionantes.

Européenne convaincue, membre du groupe d’amitié franco-allemand, j’ai rencontré le 6 octobre dernier, Laurence Aubron, la directrice d’Euradionantes pour la présentation de leur projet de radio européenne.

Parler de l’Europe à partir des territoires, de toutes les régions de métropole et d’outre mer, dans une vraie logique de décentralisation et de “bottom up” me paraît être une façon très judicieuse de faire comprendre l’importance de l’Europe et son fonctionnement à nos concitoyens.

Face aux dangers des discours nationalistes du Front National comme du parti des Insoumis, l’incident du drapeau européen à l’Assemblée en est un exemple, il est plus que nécessaire que ce genre de média puisse exister et faire vivre l’Europe au plus près de notre société.

C’est la raison pour laquelle j’ai signé la tribune suivante :

Pour l’Europe, pour ses citoyens, pour nous tous,

Euradio Nantes doit devenir Euradio France.

Quelques initiatives démontrent, parfois, que non, l’Europe n’est pas simplement une construction d’en haut, construite au mieux dans l’indifférence des peuples, au pire à leur insu, mais qu’elle peut trouver chez des citoyens « normaux » de courageux acteurs voire d’ardentes chevilles ouvrières.

La création d’Euradio, une démarche originale et résolument citoyenne, née dans l’Ouest, en est peut être un des plus beaux exemples. Ce projet voyait le jour il y a 10 ans, alors que l’Europe affrontait une conjonction de vents mauvais, semblant condamnée à la panne après les rejets, coup sur coup, du traité constitutionnel par les Français puis par les Néerlandais, au printemps 2005.

Plus que d’autres, ce référendum raté avait laissé interdite la Nantaise Laurence Aubron – alors journaliste radio – pour qui l’Europe et son intégration toujours plus poussée ne pouvaient être que des évidences. Cet échec, marque d’une Europe finalement bien fragile, l’amenait dès le lendemain du vote à remuer ciel et terre pour développer, à Nantes avec une petite équipe d’irréductibles, le concept d’un nouveau média qui travaillerait à expliquer, décrypter, enseigner cette Europe si incomprise. Une réponse constructive et volontariste alors que bien des europhiles, fatigués et désenchantés, ne cherchaient même plus à lutter.

Quelques mois plus tard naissait ainsi Euradionantes, fédérant dès son lancement chercheurs, acteurs de la société civile, associations, praticiens de divers horizons mais aussi simples bonnes volontés voulant participer, à leur échelle, à « expliquer » l’Europe.

Radio à la fois locale et européenne s’appuyant sur une rédaction-école de jeunes étudiants issus de différents pays, articulant sans relâche l’ici et l’ailleurs, ce projet pilote inédit en Europe a su rassembler, multiplier les innovations pour parvenir, in fine, à créer un ovni. Un ovni efficace et rapidement bien installé dans le paysage médiatique nantais, réalisant de bons scores d’audience, confirmés d’année en année.

Avec très peu de moyens, sans artifice mais avec beaucoup d’idées et d’habileté, Euradionantes concourt depuis son lancement à la création de cet espace public européen plus que jamais nécessaire et contribue à donner corps à cette Europe des citoyens encore en chantier.

Consécration, après les récompenses – nombreuses et méritées – Euradionantes devient Euradio, projet désormais porté par Laurence Aubron et Maud Raffray. Après avoir obtenu, l’an passé, les premiers feux verts du CSA pour déployer ce nouveau projet de média européen au niveau national, l’extension de la diffusion est planifiée dans 17 grandes métropoles françaises d’ici 3 ans, avec un programme totalement inédit, créé à partir des territoires.
Le 12 avril 2017, s’associant au lancement de la Fondation Euradio sous égide de FACE -Fondation de lutte contre l’exclusion-, le ministre des Affaires étrangères organisait au quai d’Orsay une présentation des objectifs de développement de ce nouveau média.
Une présentation à laquelle avaient été conviés de grands chefs d’entreprises appelés à soutenir cette nouvelle aventure en rejoignant la Fondation Euradio. Non sans succès, plusieurs annonçant leur engagement.

Une dynamique bien amorcée mais qui, cinq mois après, reste à consolider.

Aujourd’hui, à la veille du démarrage du projet au niveau national et de l’extension de la diffusion, nous, auditeurs et citoyens convaincus de l’intérêt de ce nouveau média, appelons entreprises, fondations et pouvoirs publics -à tous les échelons-, à confirmer, sans tarder, leur soutien et leur engagement dans ce projet qui nous apparaît plus que jamais nécessaire.

Alors que le président Emmanuel Macron détaillait le 7 septembre, dans son discours à Athènes, les grandes ambitions qui étaient désormais celles de la France pour le projet européen, appelant à « refonder l’Europe avec énergie et envie », alors qu’il martelait à nouveau, le 26 septembre, à la Sorbonne, que l’Europe devait être « notre combat » et qu’il était essentiel de faire émerger à la fois des médias européens, des débats et des projets concrets à l’échelle de l’Union, il serait incompréhensible qu’Euradio, projet partout présenté en exemple, ne bénéficie pas du soutien mérité.

Nous appelons, par des engagements concrets et résolus, à permettre le lancement de ce projet, sereinement mais surtout dans toute son ambition.

Au service de l’Europe, de ses citoyens, de nous tous.

[Mise à jour 10/11/17] Le 9 Novembre, dans le cadre de la visite de Nathalie Loiseau, Ministre auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes à Euradionantes, j’y suis retournée pour discuter avec elle et Madame Aubron de l’avenir de la radio et la vision européenne du projet.

Plus d’informations sur http://www.euradionantes.eu/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *