Dédoublement de classes de CP : cas concret à jean-zay

Jean Zay, résistant | Crédit Photo : Archives nationales
Jean Zay, résistant | Crédit Photo : Archives nationales

Vendredi 15 septembre je me suis rendue à l’école Jean Zay située à Bellevue.

Cette école est en Réseau d’Education Prioritaire Renforcée appelée « REP + ». Elle compte cinq classes de CP qui font partie des 2200 classes de cours préparatoires qui dès cette année 2017 bénéficient du dédoublement de classe.

J’ai pu rencontrer la directrice et l’inspectrice de l’Education Nationale afin d’échanger sur les répercussions concrètes de cette mesure. La diminution du nombre d’élèves en CP est un vrai soulagement. D’autant plus que cette école a eu la chance d’obtenir des recrutements supplémentaires et des aménagements adéquats, ce qui n’est pas le cas pour tous les établissements.

Aujourd’hui les professeurs d’école de CP travaillent avec des classes de 13 ou 14 élèves. Le suivi est plus personnalisé et l’ambiance de classe davantage apaisée. Néanmoins, même si l’inspectrice académique, la direction, et les enseignants sont très satisfaits de cette mesure, ils m’ont alerté sur le manque de moyens dont souffre de façon récurrente l’école élémentaire, notamment du manque de personnel « extrascolaire » comme des assistantes sociales ou des pédopsychiatres. Ceci permettrait un suivi global de l’enfant, voire de ses parents dans un quartier où la détresse sociale est manifeste et quotidienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *