Billet d’humeur sur les violences conjugales

J’ai décidé d’intervenir cette semaine dans l’hémicycle, à l’occasion des Questions d’Actualité au Gouvernement, afin d’interpeller Marlène Schiappa sur les violences conjugales et sexuelles.

Cela m’a toujours tenu à cœur et bien que ne faisant pas partie de la commission saisie lors de l’examen de la loi sur les violences sexistes et sexuelles, je tenais à m’exprimer sur ce sujet. La plupart des femmes victime de ces violences restent, malheureusement, silencieuses. Prendre la parole dans l’hémicycle c’était donc aussi m’adresser à l’Assemblée en leurs noms.

Nous ne pouvons plus laisser se dérouler cette macabre énumération. Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint. 225 000 sont victimes de ces violences chaque année. C’est 800 téléphones grave danger qui vont être délivrés en 2018. Etc.

Muriel Robin a raison de mobiliser les foules pour faire avancer les choses avec la tribune qu’elle a lancée dans le Journal du dimanche. J’assisterai d’ailleurs à la manifestation qu’elle organise samedi prochain devant le Palais de justice de Paris.

A Nantes, d’autres initiatives sont actuellement à l’œuvre. Je pense notamment à Solidarités femmes qui accomplit chaque jour un travail extraordinaire pour venir en aide aux femmes dans toute la Loire-Atlantique.

Nous devons tous prendre nos responsabilités face à ce fléau.

Le secrétariat à l’Egalité entre les femmes et les hommes a présenté un grand plan inédit de lutte contre les violences conjugales. Ce dernier, articulé autour de 4 mesures cohérentes, est le fruit d’un travail avec les associations de victimes et les experts de terrain :

  • Lancement d’une grande campagne TV en direction des témoins ;
  • Objectif 100% de réponses au 3919 ;
  • Mise en place d’une plateforme en ligne de signalement ;
  • Engagement des premiers Contrats Locaux contre les Violences.

Avec ces mesures, le Gouvernement poursuit la réforme qu’il a engagée dès le début de ses travaux. C’est aussi l’occasion de réaffirmer l’égalité femmes-hommes « grande cause du quinquennat ».

Aux côtés d’Emmanuel Macron, nous rénovons les politiques publiques afin de les rendre plus adaptées aux enjeux de notre société. L’idée n’est plus simplement d’injecter de l’argent pour régler tous les problèmes mais bien de transformer les consciences.

La lutte contre les violences conjugales ne se limite pas à une ligne budgétaire. Nous devons tous changer d’attitude. Pourquoi ? Parce que nous sommes tous responsables de ce qui est en train de se passer aujourd’hui.

Jusqu’à maintenant, nous nous sommes trop désengagés. Nous avons fui devant l’évidence qui était pourtant sous nos yeux. Avec le plan de lutte dévoilé par Marlène Schiappa, l’accent est mis sur la responsabilité individuelle.

Chacun d’entre nous doit désormais se saisir de l’enjeu que représente les violences conjugales. Que l’on soit témoin ou confident, il faut réagir. Arrêter ce fléau est un enjeu de civilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *