CHU de Nantes : pose de la première pierre avec Jean Castex

CHU de Nantes : pose de la première pierre avec Jean Castex

J’étais avec le Premier ministre, Jean CASTEX, et la Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, Sarah EL HAÏRY pour la pose de la première pierre du nouveau Centre Hospitalier Universitaire de Nantes.

UN INVESTISSEMENT COLOSSAL, PERMIS PAR LE SEGUR DE LA SANTE

Ce projet emblématique soutenu par le Ségur de la santé s’inscrit dans une vaste opération de réaménagement de l’Île de Nantes, qui constituera un véritable quartier de la santé. L’État participe au financement du CHU à hauteur de 400 millions d’euros, pour un investissement total de 1,25 milliard d’euros. 

Le projet de construction du nouveau CHU doit apporter une réponse moderne et adaptée aux besoins des habitants de la métropole, du département et plus largement de la région, ainsi qu’aux enjeux d’attractivité, d’aménagement du territoire et de développement de la recherche en santé.

Le nouveau CHU rassemblera l’hôpital, l’université de Nantes, les instituts de recherche ainsi que des entreprises et des start-ups grâce à la création sur le même campus d’une « Station S » dédiée à l’innovation dans le secteur de la santé. 

Le CHU, qui devrait être livré en 2027, a également été conçu au regard des particularités du territoire et de l’évolution de la démographie dans la région, anticipant notamment le vieillissement croissant de la population et la forte croissance démographique par le renforcement de l’offre en soins de suite et de réadaptation et la construction de 192 lits pour la prise en charge du vieillissement. 

Il est le résultat des efforts conjugués de l’État, de la Région, de l’Agence régionale de santé, de Nantes Métropole et de l’Union Européenne.

CHIFFRES CLÉS DU NOUVEL HÔPITAL

  • 1436 lits
  • Augmentation de 10% de lits de soins critiques 
  • Plus de 90% de chambres individuelles
  • 7000 étudiants en santé
  • Diminution d’1/3 de la consommation énergétique 
  • 4 fois moins d’émissions de carbone par an 
  • Une surface totale de 220 000 m2
  • 2 nouvelles lignes de tram
  • 800 places de vélo 
  • 3600 places de parking

MAINTENIR UNE OFFRE DE SANTÉ DE PROXIMITÉ : MON COMBAT POUR LAENNEC

Le nouvel hôpital permettra de regrouper, sur un même site,  le plateau technique (blocs, imagerie, laboratoires) du CHU, aujourd’hui réparti sur

l’Hôtel Dieu et l’Hôpital Nord Laennec, ainsi que l’institut de recherche en santé 2020 IRS. Avec la construction, sur le même lieu, des instituts de recherche de la faculté de santé et des écoles paramédicales, le nouvel hôpital pourra intensifier sa triple mission de soin, de formation et de recherche.

Je soutiens évidemment cette ambition mais depuis le début du projet, je suis attachée au maintien d’une activité sur le site de Laennec. Je suis persuadée que le maintien d’une offre de santé de proximité est une attente légitime des citoyens. Non seulement l’hôpital Laennec est viable mais il pourrait être envisagé comme le point de départ d’un Campus Santé avec l’Institut de Cancérologie de l’Ouest déjà implanté et un regroupement de biotechs locales comme Valneva et Naogen par exemple. 

Aujourd’hui, je suis heureuse d’avoir été entendue : 140 lits seront maintenus à Saint-Herblain. Le Premier ministre a été à l’écoute de notre territoire. C’est une belle victoire collective !

div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-image: url(https://annefrancebrunet.fr/wp-content/uploads/2020/04/slider.png);background-size: initial;background-position: top center;background-attachment: initial;background-repeat: initial;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 350px;}