Projet de loi confortant les principes de la République : Anne-France Brunet, députée de Loire-Atlantique, s’opposera à la fin de l’instruction en famille

Projet de loi confortant les principes de la République : Anne-France Brunet, députée de Loire-Atlantique, s’opposera à la fin de l’instruction en famille

Alors que l’examen du projet de loi confortant les principes républicains commence ce lundi, Anne-France Brunet poursuit son combat pour sauver l’instruction à domicile.

Si le projet de loi dit « Séparatisme » est porteur de nombreuses avancées, l’interdiction de l’instruction en famille continue de diviser les députés, de l’opposition comme de la majorité. Anne- France Brunet s’opposera à l’IEF à travers quatre amendements, dont un de suppression.

« Malgré nos nombreuses demandes auprès du Gouvernement, nous n’avons toujours aucune donnée permettant d’établir un lien entre l’instruction à domicile et le séparatisme. En réalité, ce lien n’existe pas. » déplore la députée. « Restreindre l’instruction en famille est un choix idéologique, arrêtons de le présenter comme un outil pour lutter contre l’islamisme radical, cela n’a pas de sens. »

Pour rappel, l’IEF concerne environ 62 000 enfants en France, un chiffre qui a fortement augmenté depuis la scolarisation obligatoire dès 3 ans. Interpellée dès le mois de novembre par des familles de Loire-Atlantique, Anne-France Brunet s’est très rapidement mobilisée sur le sujet en rencontrant plus de 200 familles de toute la France et les principales associations. « On a beaucoup stigmatisé ces familles, alors qu’elles sont exemplaires à bien des égards. Qu’on le veuille ou non, l’école n’est pas adaptée à tous les enfants, certains réussissent mieux à travers l’IEF. Les choix qui motivent l’IEF sont nombreux et résultent des situations particulières de chaque famille. L’Etat doit respecter cette liberté d’instruction ! ».

C’est donc dans l’hémicycle que sera tranché ce débat épineux. « Mon rôle ? Porter la voix des familles et des enfants avec qui j’ai échangé. Elles ne constituent pas une menace pour la République, elles souhaitent simplement conserver cette liberté issue de la loi Ferry de 1882 ! Le droit est très clair : l’instruction est obligatoire, pas l’écoleL’urgence c’est de lutter contre le phénomène des enfants « fantômes » qui ne reçoivent aucune instruction ! » conclut la députée.

div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-image: url(https://annefrancebrunet.fr/wp-content/uploads/2020/04/slider.png);background-size: initial;background-position: top center;background-attachment: initial;background-repeat: initial;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 350px;}